© H. Broch, book-e-book.com 2002
Reproduction totale ou partielle interdite, sous quelque forme que ce soit, sans autorisation écrite explicite.
All rights reserved. No part may be reproduced in any manner whatsoever without written permission.


Extrait de l'encadré consacré à la suite de l'affaire de la Mémoire de l'eau dans le livre de Henri Broch "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire" (Ed.  Book-e-Book)
Article à lire après avoir lu : Mémoire de l'eau 1 : la fumeuse mémoire de l'eau
et avant de lire, en complément  :   Mémoire de l'eau 3 : Deux profs et un zéro...


Mémoire de l'eau. On remet ça !

("Mémoire de l'eau". 2)


Pr. Henri BROCH


Alors que les lignes sur la "mémoire de l'eau" étaient achevées, le titre du dernier chapitre "Pour conclure provisoirement" trouvait une justification supplémentaire de sa validité. Toutefois pour épargner au lecteur les migraines consécutives à une trop forte concentration sur cette étude de produits dilués, je me contenterai de vous livrer ces quelques informations récentes sous la forme de cet encadré.

"L'agitation de solutions hautement dilués n'induit pas d'activité biologique spécifique", tel est en effet le titre d'une Note publiée dans les Comptes rendus de l'Académie des Sciences de fin février-début mars 1991 (t. 312, série II, p. 461-466) et signée de Jacques Benveniste, Elisabeth Davenas (toujours à l'U200 de l'INSERM), Béatrice Ducot, Béatrice Cornillet, Bernard Poitevin, Alfred Spira.

(...)

Cette "publication" a été acceptée en réalité de manière un peu particulière puisque son titre amène la note de bas de page suivante: "Les Secrétaires perpétuels [de l'Académie des Sciences] indiquent que cette Note est publiée au titre du droit de réponse à la note de M. Jean JACQUES intitulée La "Mémoire de l'eau": Remarques sur le test utilisé dont la référence est donnée en (2) du présent article".

M. Jacques (Comptes rendus de l'Académie des Sciences, t. 310, série II, p. 1437-1439, 1990) se demandait si le test coloré sur lequel repose l'hypothèse de la mémoire de l'eau ne pouvait pas "être biaisé par une réaction d'oxydo-réduction mettant en jeu le glucose, le bleu de toluidine et l'oxygène de l'air", oxygénation due à l'agitation des solutions, d'où le titre du droit de réponse.

Outre le fait que l'hypothèse de Jean Jacques semblerait conduire à un effet inverse de celui qui était revendiqué par Benveniste et al., l'information de M. Jacques ne me semble pas non plus être particulièrement adéquate. En effet, il déclare sans ambages: "Pour un
excellent résumé vulgarisé de ces discussions [celles qui ont suivi la publication de J. Benveniste et de son équipe], voir M. de Pracontal, Les Mystères de la mémoire de l'eau..." (référence N°2 de la Note de Jean Jacques).

Les lecteurs du chapitre spécifique que j'ai consacré à cet ouvrage apprécieront certainement à sa juste valeur
ce à quoi un membre du Collège de France renvoie ses collègues scientifiques (une note des Comptes rendus de l'Académie des Sciences n'étant pas spécialement destinée au public le plus large...) pour information !

Avec de telles sources d'informations et de telles (mé)connaissances du dossier, comment voulez-vous que le débat puisse s'instaurer sérieusement ?

Ceci étant clarifié, et sans vouloir entrer dans les détails et la technicité, je résumerai en disant que ce travail comprend deux parties et je n'évoquerai ici que la première et principale (la deuxième partie porte sur le pouvoir inhibiteur d'Apis mellifica et je renverrai donc le lecteur au chapitre sur les effets anti-allergiques dans la partie sur l'Homéopathie).

L'essentiel réside dans le fait que Benveniste et al. ont compté les basophiles humains dans des échantillons après incubation avec de l'eau distillée ou des antisérums anti-IgG ou anti-IgE dilués jusqu'à 10 puissance 30 fois.
En particulier, les auteurs affirment: "L'achromasie [tiens, le terme de "dégranulation" a cédé la place...] des basophiles n'a été retrouvée que pour les dilutions d'anti-IgE; l'anti-IgG ou l'eau distillée, qui ont subi le même processus de dilution/agitation, étaient sans effet..."

Dommage que le tableau présenté pour soutenir ces dires spécifiques ne donne aucun résultat avec l'eau distillée. Seuls sont donnés les nombres de basophiles comptés pour anti-IgG et anti-IgE; ce qui empêche malencontreusement de déterminer la variation du nombre de basophiles entre deux produits déclarés inactifs (l'eau distillée et anti-IgG). Il eût été intéressant de connaître l'écart entre eau distillée et anti-IgG afin de pouvoir le comparer à l'écart entre anti-IgG et anti-IgE; imaginez un instant que ces deux écarts aient été du même ordre de grandeur: la conclusion s'imposait d'elle-même...

Sans s'étendre longuement, on peut remarquer que, curieusement, les auteurs déterminent
la moyenne du nombre de basophiles sur plusieurs ordres de dilutions (10 ordres; des dilutions d'ordre 21 à 30) dans une expérience donnée alors que ce qui était revendiqué dans la publication de Nature, c'était, avec une période de 6 à 9 ordres de dilution, la variation de l'activité en fonction... de l'ordre de dilution !

Autrement dit, on moyenne les valeurs des dilutions qui étaient censées être actives avec celles des dilutions qui étaient censées ne pas l'être.
De qui se moque-t-on?

Mais peut-être les "referees" des C. R. Acad. Sc., si tant est qu'il y en ait eu, ont-ils oublié la teneur de la publication de Nature?... Il est vrai qu'entre le célèbre article et cette Note-droit de réponse, près de 3 ans se sont écoulés...

A titre indicatif, je signale qu'il est beaucoup plus légitime de moyenner, sur l'ensemble des expériences rapportées (dix-huit), les valeurs qui sont obtenues pour un ordre de dilution donné.

Ainsi, j'ai pris au hasard l'ordre de dilution 26 et fait la sommation des valeurs des 18 expériences pour cet ordre de dilution précis. Le résultat est intéressant: ...la manipulation n'offre aucun intérêt !

En effet, la différence des moyennes entre anti-IgE et anti-IgG n'est en rien significative (pour les passionnés-précis: m(anti-IgE) = 61,9 et m(anti-IgG) = 69,8 avec comme écart type d'échantillon... sigma(anti-IgE) = 14,6 et sigma(anti-IgG) = 19,4 !!).

On se demande pourquoi les spécialistes de statistiques (qui, notons-le au passage, nous donnent, dans leur tableau des expériences, les moyennes des échantillons avec les écarts types de... population!) impliqués dans cette galère n'ont pas soulevé ce léger problème...

Autre remarque:
pour une expérience déterminée, le nombre de basophiles dans le témoin (c'est-à-dire quelque chose qui est censé demeurer à peu près constant) peut varier jusqu'à 93% !

Cela vous paraît sérieux de retenir de telles expériences?

La même remarque (qui devient alors fortement désobligeante, mais la vérité est là) peut être faite si l'on s'intéresse à un ordre de dilution donné : d'une expérience à l'autre, le nombre de basophiles témoin peut varier jusqu'à... 375% (oui vous avez bien lu: trois cent soixante quinze pour cent)!

Tout cela atteint le sublime lorsque vous saurez que les 18 expériences présentées ont été retenues pour leur fiabilité dans un groupe de 45 ; je vous laisse imaginer les données que pouvaient contenir les 27 autres...

En résumé, cette Note-Droit de réponse de Benveniste et al. n'amène strictement rien de nouveau et confirme même plutôt la pauvreté méthodologique utilisée par ces chercheurs pour tenter de prouver un effet spécifique de produits "hautement dilués".

Henri BROCH.
Extrait reproduit du livre "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire"
(Ed. Book-e-Book)

N.B. : Le présent article est à lire après avoir lu : Mémoire de l'eau 1 : la fumeuse mémoire de l'eau
et avant de lire, en complément  :   Mémoire de l'eau 3 : Deux profs et un zéro...

 © H. Broch, book-e-book.com 2002
Reproduction totale ou partielle interdite, sous quelque forme que ce soit, sans autorisation écrite explicite.
All rights reserved. No part may be reproduced in any manner whatsoever without written permission